Appuyer l'IRIS
 
Appuyer l’IRIS
Devenir membre

Présentation de l'auteur·e

Guillaume Hébert détient une maîtrise en science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il œuvre sur les questions relatives au système de santé et services sociaux, les finances publiques et à la situation du logement. Il s’intéresse aux aléas de l’économie mondiale, notamment les conséquences de la mondialisation sur la configuration urbaine. Il a étudié à Buenos Aires (Argentine) et São Paulo (Brésil) et maîtrise les quatre langues officielles du continent.

Publications à l'IRIS: Devrait-on racheter les PPP du CHUM et du CUSM ?, L'économie pour tout le monde, La gouvernance en santé au Québec, Les coûts de l’escalade sécuritaire au Canada, Les périls de l'accès à la propriété, La sous‑traitance dans le secteur public: coûts et conséquences, Les organismes communautaires au Québec : Financement et évolution des pratiques, Le financement à l’activité peut-il résoudre les problèmes du système de santé?, Coûts et efficacité des politiques correctionnelles fédérales, Logement 2011 : Marché locatif et spéculation, Gaz de schiste : une filière écologique et profitable pour le Québec ?, La révolution tarifaire au Québec, Argumentaire économique pour un régime universel d'assurance-médicaments, Logement 2010 : Différents visages de la crise, Nouveaux CHUM/CUSM: Vers la sous-traitance des services alimentaires?, Pénurie de logements et hausse de loyers, Logement: d'une crise à l'autre, Le privé en santé, La pénurie de logements – 2007, La pénurie de logements – 2006,

Les PPP : Comme acheter une maison avec une carte de crédit

par Guillaume Hébert, le 30 octobre 2014 dans la catégorie Santé

Nous avons publié lundi une évaluation des sommes que le Québec pourrait économiser en mettant fin à l’expérience boiteuse des partenariats public-privé (PPP) pour la gestion des centres hospitaliers universitaires de Montréal, le CHUM et le CUSM. Verdict : les économies pourraient atteindre 4 milliards de dollars durant les trente prochaines années, soit la durée des PPP en cours.

Pourquoi diable alors le gouvernement du Québec s’est-il enlisé dans ce type de partenariat ? Eh bien, en plus du faible de certain-e-s pour la privatisation, les politicien-ne-s aiment cette formule puisqu’elle permet de financer de nouvelles infrastructures sans faire augmenter l’endettement public.

(Lire la suite…)

Qu’est-ce que l’économie?

par Guillaume Hébert, le 14 juillet 2014 dans la catégorie Économie financière

L’économie n’a pas grand chose à voir avec les indices boursiers que l’on présente chaque jour à la télévision. Au printemps dernier, l’IRIS a mis sur pied un cours d’introduction à l’économie de quatorze séances : L’économie pour tout le monde. Nous partageons aujourd’hui la première d’une série de six brèves capsules vidéos qui reprennent certaines des idées présentées lors de ce cours. Dans cette première vidéo, je résume quelles sont les principales critiques faites à la science économique de notre époque.

Vous pouvez également consulter la brochure qui a été produite à l’occasion de ce projet sur le site Internet de l’IRIS : http://iris-recherche.qc.ca/publications/critique-economie.

 

Un graphique qui annonce le prochain tsunami?

par Guillaume Hébert, le 10 juillet 2014 dans la catégorie Économie financière

Le citoyen moyen, tout comme la citoyenne moyenne d’ailleurs, est exposé sans arrêt à des nouvelles économiques sous forme d’indices et de taux qui prennent régulièrement les analystes et les expert.e.s par surprise parce qu’ils s’avèrent meilleurs ou pires que les prévisions initiales (dont on se questionne parfois sur la provenance…). Une semaine, c’est la confiance des consommateurs aux États-Unis qui est à la hausse, la suivante c’est la balance commerciale qui se creuse au Canada, ou encore c’est l’inflation, les mises en chantier, la vente au détail ou bien entendu, la progression (ou le ralentissement) du produit intérieur brut (PIB).

(Lire la suite…)

Le Costa Rica : athlétique et heureux?

par Guillaume Hébert, le 7 juillet 2014 dans la catégorie Développement économique

Le Costa Rica s’est attiré la sympathie de bien des fans de soccer à travers le monde dans les dernières semaines alors que son équipe nationale a atteint les quarts de finale de la Coupe du Monde. Samedi, la puissante équipe des Pays-Bas, finaliste en 2010, a eu besoin de tout son petit change pour venir à bout des Costaricains en tir de barrage. Mais tout ça n’est pas la seule raison d’être impressionné par la petite république d’Amérique centrale. 

(Lire la suite…)

L’odeur du pari passu excite les vautours

par Guillaume Hébert, le 4 juillet 2014 dans la catégorie Économie financière

VautourLe 16 juin dernier, l’Argentine a échoué à faire entendre à la Cour suprême des États-Unis un appel de la décision prononcée par un juge new-yorkais dans une affaire qui l’oppose à deux fonds vautours, NML Capital et Aurelius. Ma collègue Julia Posca a déjà parlé de cette affaire dans un billet publié il y a dix-huit mois. Les péripéties des dernières semaines ont suscité de nombreuses spéculations, projections et analyses dans l’univers de la finance. Cette affaire est importante puisqu’elle traite de dette souveraine à une époque où l’endettement public est une préoccupation généralisée. Et dans laquelle les vautours mangent de la dette.

*****

2001, l’Argentine est en faillite. Elle avait pourtant été une « élève modèle du Fonds monétaire international (FMI) » et appliqué à la lettre les diktats ultralibéraux des années 80-90 : « Elle a, en effet, mis en œuvre avec application et persévérance des programmes d’ajustement structurel, gouvernés par trois principes, qui font partie intégrante du « Consensus de Washington » : la flexibilité, l’ouverture de l’économie et le retrait de l’État, réduit à des fonctions régaliennes strictes. » (La documentation française). Mais la prospérité n’était pas au rendez-vous. Au contraire, la seule « grande classe moyenne » de l’Amérique latine a sombré avec l’économie du pays.

(Lire la suite…)

Vérificateur général, ristournes et doigt d’honneur

par Guillaume Hébert, le 19 juin 2014 dans la catégorie Santé

Lorsque le Vérificateur général (VG) par interim a remis son rapport la veille du budget du Québec, l’attention s’est concentrée sur la méthode douteuse utilisée par Michel Samson (le VG) pour mesurer l’ampleur du déficit budgétaire. Une semaine plus tard, le VG remettait son rapport régulier et c’est le manque de coopération cette fois d’Hydro-Québec qui a accaparé l’attention du public (un fait embêtant que l’IRIS a également subi à plusieurs reprises dans le passé). Tout ceci a relégué au second plan les remarques du VG consignées au chapitre 6 sur les médicaments payés par le réseau hospitalier du Québec.

Or, les constats qu’on y trouve sont importants.

(Lire la suite…)

L’heure est au décrochage

par Guillaume Hébert, le 23 mai 2014 dans la catégorie Économie financière

VictorVPhonographQu’il s’agisse de rigueur budgétaire ou d’austérité, nous savons quelle direction entend prendre le gouvernement de Philippe Couillard dans les prochains mois.

Certain.e.s, l’IRIS notamment, sont d’avis qu’il s’agit d’un très mauvais choix de politique publique. Tel que nous l’anticipions il y a un an, la résorption trop hâtive du déficit budgétaire a nui à la relance économique, amenuisant ainsi les recettes de l’État et contribuant au maintien d’un déficit.

D’autres s’époumonent à faire écho aux nombreuses remises en question des politiques d’austérité qui nous viennent d’Europe et d’ailleurs. Le FMI, l’OCDE, la Commission européenne, les États-Unis ont tous remarqué que l’austérité apparaît comme contre-productive. Les plus dogmatiques des néolibéraux insistent pour garder le cap, mais ces institutions s’effraient de l’instabilité que pourrait générer l’accentuation des conséquences socio-économiques de ces politiques.

(Lire la suite…)

Le Godzilla de la mondialisation

par Guillaume Hébert, le 8 mai 2014 dans la catégorie Accords commerciaux

Que se passe-t-il avec la mondialisation? Vingt ans après que ce concept triomphaliste se soit imposé au cœur des préoccupations des sociétés occidentales, on constate chaque année plus clairement que tant l’abolition des frontières entre les peuples que la prospérité pour tout le monde étaient un mirage. On a pourtant bel et bien mondialisé des choses. Mais pas ce qu’on nous promettait.

Au courant des années 90, la mondialisation succède à la guerre froide au sommet des priorités des affaires du globe. Le capitalisme anglo-saxon cherche à s’étendre sur le monde entier. Rapidement, des mouvements sociaux s’organisent contre cette réorganisation de la société à coup de traités de libre-échange. C’est l’apparition de l’anti-mondialisation. Quelques années plus tard, ça sera l’arrivée des « altermondialistes » qui ne s’opposent plus comme tel à la mondialisation, mais qui en proposent une qui serve les êtres humains avant les marchandises.

(Lire la suite…)

Le Chaoulli de l’Ouest

par Guillaume Hébert, le 17 avril 2014 dans la catégorie Santé

On en entend peu parler au Québec, mais la bataille est engagée au Canada anglais sur l’avenir de l’assurance-maladie. Des partisans de la médecine et de l’assurance privée violent ouvertement les lois provinciales sur l’interdiction du financement privé des soins afin d’être poursuivis par les autorités et ainsi devoir se défendre devant la cour. Pourquoi? Parce qu’une fois parvenu devant le juge, ces promoteurs du privé ont l’intention d’invoquer le jugement Chaoulli de 2005 et d’ainsi faire jurisprudence contre l’assurance-maladie tel que nous la connaissons.

(Lire la suite…)

Malgré le frette et les barbares

par Guillaume Hébert, le 11 avril 2014 dans la catégorie Accords commerciaux

La chanson « Les Yankees », de Richard Desjardins, est un chef-d’œuvre. Elle raconte en poésie ce qu’est l’impérialisme et le colonialisme à travers le récit d’un débarquement de marines au sud du continent. La chanson fait écho à une longue tradition de dépossession en Amérique latine, une sombre tradition à l’origine de l’expression « République de bananes ». On avait jadis attribué ce surnom au Honduras à l’époque où une compagnie bananière fonctionnait comme le véritable pouvoir à l’intérieur d’un État dirigé par un gouvernement de marionnettes. Mais qui sont vraiment ces « yankees »?

(Lire la suite…)

1710 Beaudry, Bureau 3.4
Montréal (Québec) H2L 3E7

514 789 2409
Conception Coopérative Molotov