Appuyer l'IRIS
 
Appuyer l’IRIS
Devenir membre
Page 1 sur 3123

L’avenir est-il à la stagnation économique prolongée?

par Guillaume Hébert, le 9 avril 2014 dans la catégorie Économie financière

La « Grande Récession » qui s’est amorcée en 2008 a été la plus importante depuis la « Grande Dépression » de 1929. Nous sommes désormais familiers avec son déclencheur, la crise de subprimes, ces prêts hypothécaires tordus consentis à des ménages qui allaient manifestement faire défaut sur leurs paiements. Cela étant dit, les causes profondes de la Grande Récession et l’avenir qui s’ouvre suite à celle-ci comporte bien des zones d’ombre. De fait, il n’y a pas de consensus ni sur les conditions structurelles ayant mené à la crise, ni sur la robustesse ou sur la précarité de la reprise en cours.

J’ai lu avec intérêt les échanges récents à ce sujet entre les économistes Sam Gindin de l’Université de York (Toronto) et  Andrew Kliman de l’Université Pace (New York). Tous les deux sont marxistes et ça tombe bien, puisque Marx fait justement l’objet d’une réhabilitation relative au moment où la théorie économique néoclassique qui domine la discipline échoue à décrire adéquatement les phénomènes contemporains (« Was Marx Right? », était justement le titre d’un autre débat dans les pages du New York Times la semaine dernière).

(Lire la suite…)

Surenchère olympique

par Julia Posca, le 10 février 2014 dans la catégorie Économie financière

Si, comme le prétend le spécialiste de la sociologie du sport Michel Caillat « analyser le sport c’est aussi analyser la société », il apparaît opportun de se demander ce que nous disent les olympiques des sociétés actuelles alors que les 22e Jeux olympiques (JO) d’hiver battent leur plein dans la ville russe de Sotchi.

Les jeux modernes n’ont bien sûr rien à voir avec leurs ancêtres de l’Antiquité grecque, qui étaient entièrement destinés au culte des divinités hellènes. Cependant, dans leur forme actuelle, les olympiques semblent également prendre une signification différente de l’idée que s’en faisait Pierre de Coubertin au moment de refonder les jeux à la fin du XIXe siècle.

(Lire la suite…)

La vieille économie s’en fout

par Simon Tremblay-Pepin, le 31 janvier 2014 dans la catégorie Économie financière

Donc, le Québec serait dans le rouge. Encore. Tout le monde le dit depuis trois jours. Notre niveau de vie serait trop bas, notre productivité anémique, nos dépenses publiques trop élevées. C’est le mantra de ce que j’appellerais « la vieille économie ». Celle d’avant le passage au… 20e siècle.

Dans la vieille économie, tout dépend du produit intérieur brut (PIB), un outil pratique qui permet de mesurer l’ensemble des activités économiques. Quand on vous verse un salaire, ça fait augmenter le PIB, quand une entreprise achète des machines aussi. Bien utile, mais également bien incomplet, voire souvent carrément déformant.

(Lire la suite…)

Le nouvel étalon

par Simon Tremblay-Pepin, le 16 décembre 2013 dans la catégorie Économie financière

Les dernières décennies nous avaient habitué à une croissance stable du produit intérieur brut (PIB) des pays de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord. Pas le Klondike, mais un constant 2% ou 3%. C’était le niveau normal, l’étalon à partir duquel on se disait : en haut, c’est bon, en bas, ça ne va pas.

Au début novembre, Larry Summers, ancien secrétaire du Trésor de Clinton et proche conseiller d’Obama au lendemain de la crise, a participé à une conférence au Fonds monétaire international (FMI) où il a annoncé qu’il était peut-être temps de mettre cet étalon de croissance au rancart. Il a en effet avancé que le marasme dans lequel était englué les économies développées était the new normal (que je traduis par : le nouvel étalon). La croissance se situerait désormais entre 0,5 et 1,5%.

(Lire la suite…)

La vie privée est une marchandise comme une autre

par Francis Fortier, le 19 novembre 2013 dans la catégorie Économie financière

L’IRIS publiait dernièrement une brochure qui exposait de quelle manière les avancées technologiques se retrouvent au service de la spéculation boursière. Il n’y a rien de bien surprenant de constater que la technologie est utilisée dans le but de générer encore plus de profit. On dirait que l’autonomisation du traitement de l’information nous ramène à de vieux classiques de la science-fiction. Sauf que cette fois-ci, la réalité a peut-être dépassé la fiction. Aujourd’hui, avec la technologie numérique, le fait d’être branché partout, tout le temps est devenu si commun que l’on parle de 81,6% des ménages au Québec qui sont branchés ou encore de 2 personnes sur 3 qui possèdent un cellulaire. Et, il ne faut pas oublier qu’à cela s’ajoute l’engouement de créer des villes intelligentes comme la ville de Québec. Ça fait tellement partie de nos vies que l’on oublie par moment que la technologie que nous possédons nous facilite la vie, mais a pour raison d’être et d’existence d’être viable économiquement.

(Lire la suite…)

La finance, ses robots et nous

par Guillaume Hébert, le 14 novembre 2013 dans la catégorie Économie financière

Capture d’écran 2013-11-14 à 10.47.41Dans une brochure qu’elle publie aujourd’hui, ma collègue Caroline Joly nous montre que plus des deux tiers des décisions mondiales de vente ou d’achat sur les marchés financiers sont aujourd’hui prises par des intelligences artificielles. « Quelle importance? Tant que ça marche », diront certain.e.s. Cette brochure montre pourtant qu’une telle transformation a d’importantes conséquences pour nous.

On imagine les places boursières remplies de traders achetant et vendant à la criée, mais la réalité a bien changé, nous explique Caroline Joly. En ce moment, pour les firmes oeuvrant sur les marchés financiers, la question est de savoir qui a le meilleur algorithme, l’ordinateur le plus puissant ou la plus petite distance entre ses serveurs et ceux des plus grandes bourses. Ces robots permettent de profiter de fluctuations de prix minuscules visibles pendant des microsecondes. Dans ces situations, personne ne peut faire concurrence à ces machines qui échangent plus d’un millier de titres en un seul battement de paupière.

(Lire la suite…)

Le coût du capital

par Philippe Hurteau, le 8 novembre 2013 dans la catégorie Économie financière

Human-Capital12Dans l’univers du management, la tendance est au contrôle et au resserrement des coûts du travail. Au nom de la compétitivité des entreprises ou des États, une pression permanente s’est installée avec comme objectifs toujours les mêmes cibles : revoir à la baisse des niveaux de rémunération jugés exorbitants, défaire les filets de protection sociale à la charge des employeurs, flexibiliser les liens d’emploi, etc. Cette obstination masque pourtant une autre réalité, soit que l’un des principaux freins à la compétitivité des entreprises des pays dits développés n’est pas tant un coût du travail trop élevé, mais bien le coût du capital.

Dans une récente étude réalisée par le Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSÉ), une équipe de chercheur.e.s a étudié l’évolution de ce que l’on peut appeler le coût économique et le coût financier de tout investissement afin d’éclairer l’évolution du poids de la rente financière sur les économies avancées. Bien que l’étude s’intéresse spécifiquement au cas français, ses conclusions nous permettent de mieux comprendre la place grandissante que prend cette rente par rapport à l’économie productive.

(Lire la suite…)

De Wal-Mart à Denis Coderre : la privatisation tranquille

par Julia Posca, le 6 novembre 2013 dans la catégorie Économie financière

L’idée selon laquelle il faut diminuer l’emprise de l’État sur nos vies et notre économie est sans doute un des lieux communs les plus persistants de la pensée néolibérale. Cette position s’appuie sur la croyance que l’État brime les libertés individuelles et l’initiative privée (on trouve un exemple de ce point de vue ici), en plus de nuire à la compétitivité des entreprises (ce point de vue est exprimé ici) en mettant d’innombrables obstacles sur le chemin de la croissance de leur profit (taxes, impôt, réglementations environnementales, normes du travail, etc.).

Sans nier l’importance des pouvoirs publics dans les sociétés actuelles, on se demande tout de même si cet acharnement contre la supposée toute-puissance de l’État ne nous empêche pas de voir l’extraordinaire emprise qu’ont en revanche les grandes entreprises sur nos vies, sur l’économie et sur nos gouvernements.

(Lire la suite…)

Le Québec doit améliorer sa productivité, vraiment?

par Philippe Hurteau, le 4 novembre 2013 dans la catégorie Économie financière

Plusieurs commentateurs s’inquiètent souvent de la trop faible productivité de l’économie québécoise, une meilleure productivité étant supposée générer ou maintenir des emplois de qualité et améliorer la rémunération de tout le monde. Cependant, la réalité n’est pas si simple, les gains de productivité ne se sont pas traduits en une augmentation équivalente de la rémunération des salarié.es québécois.es.

Entre 1981 et 2010, la richesse produite au Québec par heure travaillée a augmenté de 30%. C’est une progression considérable et on aurait pu s’attendre à une évolution comparable de la rémunération des travailleuses et travailleurs de la province. Mais ce n’est pas le cas. La rémunération totale n’a augmenté que de 15 % pour la même période. Concrètement, l’écart entre l’évolution des gains de productivité et celle de la rémunération des salarié.es équivaut à un peu plus de 3 $ l’heure, soit environ 6000 $ par année.

(Lire la suite…)

Entreprises responsables : faire bien ou faire mieux?

par Eve-Lyne Couturier, le 24 octobre 2013 dans la catégorie Économie financière

Cet été, le Québec a vécu deux événements importants qui ont chaque fois soulevé la question de la responsabilité sociale des entreprises. D’abord, la tragédie de Lac-Mégantic a mis à jour les stratégies dangereuses mises en place par des compagnies ferroviaires pour économiser de l’argent. Ensuite, il y a eu la découverte de BPC entreposés illégalement à Pointe-Claire et le long silence de l’entreprise fautive à propos de ses activités réalisées dans l’ombre.

Drôle de hasard : le magazine L’Actualité publiait justement cet été un dossier spécial sur les entreprises canadiennes les plus responsables socialement. À partir du palmarès dressé par Sustainanlytics, on nous présentait l’ensemble des entreprises primées, avec une description qui mettait en lumière les critères particuliers qui ont permis à celles-ci de se distinguer des autres. Les entreprises impliquées dans les deux cas cités sont absentes de la liste. Au moins. Reste que plusieurs choix sont discutables.

(Lire la suite…)

Page 1 sur 3123
1710 Beaudry, Bureau 3.4
Montréal (Québec) H2L 3E7

514 789 2409
Conception Coopérative Molotov