Appuyer l'IRIS
 
Appuyer l’IRIS
Devenir membre

L’éducation, pour quoi faire?

L’IRIS termine aujourd’hui sa série de capsules vidéo sur la hausse des frais de scolarité.
Dans cette dernière capsule, nos deux chercheurs, Eric Martin et Simon Tremblay-Pepin se penchent sur le rôle que nous souhaitons donner à l’éducation universitaire.

En effet, le débat actuel sur les frais de scolarité ne peut pas être compris comme un simple débat de chiffres. Au-delà de la hausse des frais, il faut distinguer que deux visons de l’université s’affrontent.

D’un côté, on propose une université commerciale et compétitive qui a pour objectif de stimuler l’économie québécoise et de guider les étudiant-es vers le marché du travail. De l’autre on voit l’université comme un service public dont le rôle central est la transmission du patrimoine scientifique et culturel de l’humanité et l’approfondissement de la connaissance.

Si on accepte que l’université a un rôle commercial qui vise à mettre ses étudiant-es de l’avant dans la société et de leur offrir des gros salaires, on ne peut qu’adhérer à la hausse des frais. À l’opposé, l’université comme service public exige l’accessibilité la plus grande et la plus généralisée, seulement atteignable par la gratuité scolaire.

Mots clés: , , , ,

« « Texte précédent | Texte suivant » »

Vous aimeriez être tenu·e au courant de manière hebdomadaire des articles de l'IRIS?
Inscrivez-vous à notre liste de diffusison.

  1. Mario Jodoin dit :

    Excellent billet pour clore cette série.

    Ça termine la série sur le fond de la question. À ce sujet, ce ne sont plus les données qui importent, mais la société qu’on désire.

  2. [...] bouquin de Normand Baillargeon. Dans la même optique que certains billets de l’IRIS, dont celui-ci, ce livre examine le changement d’orientation des universités au cours des dernières [...]

  3. [...] bouquin de Normand Baillargeon. Dans la même optique que certains billets de l’IRIS, dont celui-ci, ce livre examine le changement d’orientation des universités au cours des dernières années. [...]

  4. [...] Tremblay-Pepin de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) expliquent très bien cette réticence : l’éducation universitaire vise en premier lieu des objectifs qui [...]

  5. [...] qu’on en est rendu là. Mais il est clair que certains travaillent fort dans ce sens. Comme le disent si bien les chercheurs de l’IRIS : «D’un côté, on propose une université commerciale et [...]

  6. [...] scientifique et culturel de l’humanité et l’approfondissement de la connaissance» comme l’ont bien dit les chercheurs de l’IRIS. Et, l’examen des dépenses qui permettrait une baisse des frais [...]

  7. [...] d’un investissement monétaire. Leur premier objectif doit être de former des citoyens et d’assurer «la transmission du patrimoine scientifique et culturel de l’humanité et l’approfondissement [...]

Laissez un commentaire

1710 Beaudry, Bureau 3.4
Montréal (Québec) H2L 3E7

514 789 2409
Conception Coopérative Molotov