Appuyer l'IRIS
 
Appuyer l’IRIS
Devenir membre

Faut-il vraiment augmenter les frais de scolarité?

Publié le 8 mai 2011
par Eric Martin et Simon Tremblay-Pepin

Selon ce qu’on entend tous les jours, les universités du Québec seraient cruellement sous-financées, ce qui les empêcherait d’offrir une éducation de qualité et de participer activement à l’économie québécoise. Pas d’autre choix, dit-on, que de hausser les frais de scolarité. De toute façon, un·e universitaire gagnera un plus haut salaire à la fin de ses études : en s’endettant, il ou elle fait donc un investissement rentable dans son capital humain. Voilà ce que l’on entend. Qu’en est-il vraiment ?

Télécharger en format PDF Télécharger la version anglaise

Publications connexes

6 décembre 2013
Transferts fédéraux et mal-financement universitaire
21 octobre 2013
Le Conseil des universités : Réforme managériale et soumission des universités à la concurrence internationale
29 novembre 2012
Les mécanismes d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur
18 juin 2012
Étalement de la hausse et modification à l'aide financière aux études
15 mai 2012
Les revenus des universités selon la Conférence des recteurs
27 mars 2012
L’endettement étudiant: une bulle spéculative?
8 mai 2011
Faut-il vraiment augmenter les frais de scolarité?
24 novembre 2010
La gouvernance des universités dans l'économie du savoir
14 octobre 2009
Le gouvernement du Québec devrait-il lui-même prêter de l’argent aux étudiant·e·s?
21 janvier 2009
Les PPP dans les universités québécoises
23 octobre 2008
Financement des universités: Vers une américanisation du modèle québécois
15 octobre 2007
Gratuité scolaire: Trois scénarios d'application
13 janvier 2007
Tarification de l’éducation postsecondaire ou gratuité scolaire?
1710 Beaudry, Bureau 3.4
Montréal (Québec) H2L 3E7

514 789 2409
Conception Coopérative Molotov